La nuit Saturnienne
Technique mixte sur toile
130x97cm

Saturne est une ancienne divinité romaine, qui préside la période qui précède le solstice d'hiver, celle des Saturnales.
Pendant le reste de l'année, c'est un
deus otiosus, un dieu en sommeil, dont la statue est liée par des bandelettes dont on ne le libère qu'au moment des Saturnales.


Une femme et un buste de pierre.

Quel est le lien entre les protagonistes de cette composition?
L'une nous apportant la fraicheur de la vie corruptible, la présence immédiate, le regard instantané sur le monde visible, l'autre, le silence dans sa grâce intemporelle, le regard "en dedans" dans cette nuit sans fond, la nuit utérine, chère à Pascal Quignard, sans obstruer ni masquer.

Jean Starobinsky dans son ouvrage :
"l'encre de la mélancolie" nous parle de la pierre, de son association à la représentation humaine.

"Elle établit dans le silence du tableau un volume compact, redoublant le silence"

Elle est une représentation dans la représentation, une autre oeuvre à lire dans l'espace de l'oeuvre.
Elle ne s'inscrit pas seulement dans les rapports perspectifs, elle est indicatrice de rapports temporels.
L'image de pierre établit avec les images de chair un contraste où est inévitablement impliquée une pensée de la vie, de la mort et de la survie.
Son opacité, son aveuglement répandent la solitude autour d'elle.

Sa présence produit de l'absence.
Cette perte de relation entre regardant et regardé est encore un aspect de l'expérience mélancolique.
Le sujet, privé d'avenir tourné vers le passé, ravagé, éprouve la plus grande difficulté à recevoir et à rendre un regard.

Il a le sentiment que le monde est aveugle à sa misère.
Il se sent déjà mort dans un monde mort.
Le maintenant figé règne au dehors comme au dedans.
Le sujet mélancolique attend que lui soit adressé un message d'apaisement.
Mais il n'a autour de lui que des êtres qui lui ressemblent.

De la supériorité de la matière..
Savoir que l'âme vivante est fragile conduit à imaginer l'implacable supériorité de ce qui n'a pas d'âme.
Réciproquement, rencontrer le pesant vouloir, le pas têtu de la matière minérale, c'est ressentir de manière extrême, l'imperfection de notre fluctuante existence.




Jean Starobinski, L'encre de la mélancolie, seuil